Non classé·Quotidien

Vive les vacances !! (ou quand le mot vacances devient synonyme de meltdown à répétition…

vacances_1

La majorité des gens attend impatiemment les vacances d’été et économise toute l’année pour pouvoir partir. Ils se serrent la ceinture pour 15 jours ou 1 mois en camping ou en location, si possible au bord de la mer.
Moi, hormis une mutation en Nouvelle Calédonie de 2 ans, ou des séjours de quelques jours dans la famille habitant en bord de méditerranée, je ne suis jamais partie en vacances.
Cette année c’était la première. Et ce sera très probablement la dernière…
Nous avons loué pour 2 semaines un bungalow, dans un village de vacances du sud de la France. Près de la mer, club enfants, club ados, piscine gigantesque, animations tous les soirs. Ca vous fait rêver, hein ? Pour moi ça a été … dur.

Déjà, le stress de « avant ». Tout prévoir, tout préparer, ne rien oublier (merci mon adoration des listes !). On part à 6, ce n’est pas rien. 3 milliards de questions qui m’ont empêchée de dormir des semaines plus tôt, la peur de l’inconnu, de partir de chez moi. Grâce à Google Maps, j’ai exploré le quartier pendant des heures des mois avant le départ. Ca aide 🙂

Le stress du trajet. Par où on passe, où on s’arrête pour manger, à quelle heure on part, etc.. On part avec 2 ados et 2 enfants en bas âge. Une tablette chargée à bloc avec moult dessins animés aura été l’équivalent de Dieu sur terre ! Ouf ! (je passe sur le trajet retour, dans les effluves de vomis de la petite)

Et puis une fois sur place…
Se retrouver à 6 dans 33 m2 quand on a l’habitude de vivre dans une grande maison, c’est chaud. La promiscuité, le bruit non stop, les murs en carton grâce auxquels tu peux compter le nombre de fois où les gamins se retournent dans leur lit, le manque de sommeil.
Et puis les 2 petits qui se pouillent tout le temps, qui crient, se crachent dessus (oui oui, j’ai enfanté des lamas), se jettent des trucs.
Le grand, asperger de 12 ans qui au début ne voulait rien faire et qui, une fois forcé à aller au club ados, se régale tellement qu’il en oublie la notion du temps et qu’il faut pister pour ne pas qu’il s’incruste chez d’autres personnes (zéro notion des règles sociales).
Et la grande de quasi 14 ans. Toujours rivée à son portable, jour et nuit. Tellement accro qu’elle textote jusqu’à 4 heures du matin (empêchant mon aspi de dormir, la fameuse promiscuité citée au dessus), et d’une humeur massacrante si on la réveille avant midi pour faire quelque chose. Tellement accro qu’elle a oublié son frère de 4 ans, ramené en larmes par une inconnue, alors qu’elle avait elle-même proposé de s’en occuper. Excuse en bois pour téléphoner et textoter en douce, avec le téléphone que son père lui avait  pourtant demandé de ne pas prendre…. Fille de mon mari, pas la mienne, du coup je n’ai pas trop le droit de dire grand-chose, et ça, ça me bouffe. Quelqu’un que je ne peux pas contrôler, comme dirait mon mari :/ (oui, je suis une psycho du contrôle de mon environnement, ça me rassure)

Nous sommes partis en famille, pour des vacances en famille. Du coup, j’ai voulu que l’on fasse des activités en famille. A chaque sortie, j’ai fini le soir en larmes, épuisée, frustrée, essayant de me rappeler ce que je faisais ici. Rien n’allait comme je voulais. Je ne pouvais rien anticiper. J’étais totalement vidée, perdue.

Bref, vint le 12eme jour des vacances.
Je commence à m’adapter à mon nouvel environnement, après quelques verres de rosé j’arrive même à dormir la nuit sans trop entendre les petits qui parlent en dormant au bout du lit. Ah non, pardon, ils sont dans la pièce d’à côté ! Avec ces murs en plastique, on pourrait en douter 😛

Du coup, énième tentative de sortie en famille. (je suis têtue, je persiste)
Les 2 petits suivent partout, ils s’en foutent tant qu’ils sont ensembles et avec nous. Mon grand préfèrerait ne pas venir car il y a une chasse au trésor organisée avec le club ado et il adore ça. La grande de mon mari dit ok pour une sortie en famille. Mon mari est fana d’histoire et m’a reproché 2 jours plus tôt qu’on ne bougeait pas assez.

Ok, vendu pour un resto et la visite d’une ville chargée d’histoire ! Je force un peu mon grand à abandonner son idée de chasse au trésor et naïvement je pense faire plaisir à la majorité, dont la fille de mon mari.
Raté. Elle a passé les 2 heures les yeux rivés à son téléphone, y compris en marchant. Je lui ai fait un peu la morale, lui demandant d’arrêter avec son tel et de profiter de nous. 5 minutes après, déjà une dizaine de textos envoyés à nouveau. Je me suis agacée, mon mari s’est agacé après moi, et on a écourté la visite.

Le soir, à force de me retenir de parler, ce fût l’apothéose : crise de larmes, idées noires, envie que tout s’arrête. Marre de faire souffrir tout le monde. Marre des crises à répétitions parce que je ne suis pas dans mon environnement, parce que je suis fatiguée, parce que je ne suis pas capable de supporter le bruit de mes propres enfants, l’impression de gâcher la vie de tous mes proches, d’être un fardeau, épuisée d’être épuisée, l’impression qu’ils s’en sortiraient tous bien mieux sans moi 😦 😦 😦

Je comprends maintenant pourquoi. Quelques jours ont passé, je suis de retour chez moi, mieux reposée, moins sollicitée, je réfléchis mieux. Et j’ai accepté les propos de mon mari, et ceux de ma mère, qui convergent.
C’est une ado ! Une ado NT ! Elle est comme tous les ados de son âge, rivée à son tel et aux réseaux sociaux. Il faut que je me mette dans le crâne que tout le monde  ne fonctionne pas comme moi, et que les enfants ne sont pas de petits adultes. On ne peut pas attendre d’eux qu’ils réagissent en adultes. Bin non, ce sont des enfants ! Putain de théorie de l’esprit pourrie ! (J’ai toujours eu du mal m’adapter à l’âge de mes interlocuteurs) :/

Et puis, elle n’est pas chez nous très longtemps, mon mari n’a pas envie de la braquer, je peux le comprendre. Je peux le comprendre parce que je l’intellectualise à postériori, mais sur le moment, dans mes tripes, je ne le comprends pas. Je ne l’envisage même pas ! Je me comporte comme un tyran vexé de ne pas réussir à faire plaisir à une gamine de 14 ans, qui est sensée être heureuse selon mes propres critères.
Je veux imposer mon point de vue à tous, je veux que l’on soit une vraie famille, que l’on fasse des sorties en famille, et pour ça, je sors de ma zone de confort, je m’oblige à abandonner mes routines rassurantes, à faire des activités avec eux. Moi, à leur place à tous, je me remercierais de tous les efforts que je fais. Mais je ne suis pas à leur place, ça j’ai encore du mal à le comprendre, à comprendre pourquoi les gens ne réagissent pas comme moi.  Putain de théorie de l’esprit pourrie (2)….

Bref, j’ai bousillé les vacances. Pas sûr que l’on renouvelle l’expérience…

 

3 commentaires sur “Vive les vacances !! (ou quand le mot vacances devient synonyme de meltdown à répétition…

  1. Je crois que tu expliques à merveille pourquoi je ne me suis jamais sentie capable / emballée de fonder une famille .. Sans jamais avoir pu trouver les mots : juste pas pour moi ☺ [j’ai 34 ans et je me questionne depuis plus d’un an sur mes potentiels traits autistiques]

    Aimé par 1 personne

  2. Je me reconnais tellement dans ce texte (encore un ^^)
    J’ai 3 enfants, 10 – 6 – et 2 ans… j’ai toujours tout contrôlé, les vacances étaient prévues presque un an à l’avance (en général à partir d’octobre)… mais toujours du stress qui finissait en dispute avec leur papa… mais en tant que maman, j’ai toujours eu le rôle de méchante, super autoritaire (bien qu’aimante) trop strict… avec le temps, j’ai mis un peu d’eau dans mon vin (merci au papa de mes enfants…) mais la culpabilité est énorme dans ces moments là… j’ai toujours élevé mes enfants comme des petits adultes, et ce n’est pas la solution… mais c’est dur quand on est dans un contrôle permanent et qu’on a une vision de la vie différente des autres personnes…
    Alexia (en attente du 1er RDV au CRA)

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s