Non classé

AU SECOURS !! DES GENS !!

L’anxiété sociale, une bien belle peau de banane dans la vie des autistes (genre on n’en a pas assez…)

Hier j’ai rencontré en chair et en os des gens connus sur le net. Quel stress !!

Le pire c’est que je suis à l’origine de cette rencontre, c’est moi qui les ai sollicités en disant « ça serait cool de se rencontrer, non ? ». Et c’est vrai que c’était cool !

Quand l’une a accepté et a commencé à avancer une date précise, j’ai paniqué. Merde ! Il allait vraiment falloir que je sorte ! J’ai d’abord dit oui, puis annulé. J’ai regretté, demandé l’avis de plein de gens, et après m’être fait secouée par certains, j’ai re-accepté. J’étais LEGEREMENT indécise 😛

J’avais très envie de rencontrer des aspergers, et proches d’asperger, des gens avec qui je n’aurai pas besoin de faire semblant, et en même temps, j’étais totalement flippée.

Peur de quoi ? De tout. De mal dire, de mal faire, de passer pour un imposteur (mes atteintes sont plus cognitives que physiques, j’ai peu de stéréotypies, et mes TOC sont centrés sur ma maison).

Au final, j’ai passé un moment agréable, un peu fatigant, faut bien l’avouer, mais agréable tout de même, j’ai rencontré des gens très intéressants et j’ai hâte de les revoir.  🙂

Je suis très heureuse d’avoir été au-delà de cette anxiété sociale qui empoisonne mon quotidien. Ce n’est rien pour la plupart des gens, mais pour moi c’est une vraie petite victoire.

Mais je n’ai pas toujours été comme ça. Avant je pouvais interpeller des inconnus qui me collaient trop dans une file d’attente, aller chez le garagiste, tenir tête à un vendeur, rencontrer mes nouveaux voisins. Quand il y avait des clashs, au boulot ou en famille, je mettais toujours ça sur les comportements des autres. C’étaient EUX qui se vexaient pour une simple vérité énoncée tout haut. C’étaient EUX qui ne comprenaient rien à mes propos. C’était de LEUR faute si je m’énervais face à un comportement que JE jugeais inapproprié (une fois, un collègue s’est garé sur MA place de parking. J’ai pété les plombs. Il parait que ça ne se fait pas. Mais ça ne se fait pas non plus de se garer là où je me gare tous les jours depuis des mois !). Bref, une vraie connasse, faut bien dire le mot. Je comprends mieux maintenant pourquoi j’étais taxée de prétentieuse, hautaine, susceptible, qui se croit tellement supérieure aux autres qu’elle ne prend même pas ses pauses en même temps qu’EUX. De gamine égoïste qui ne sait parler que de ce qui l’intéresse ELLE. De reloue qui boucle des jours et des jours sur un même sujet, obstinément.

Je ne me rendais absolument pas compte.

Souvent, je disais que le monde se porterait bien mieux si plus de gens étaient comme moi : francs, honnêtes, intègres. Ce à quoi mon mari rétorquait que si tout le monde était comme moi, ce serait une guerre permanente. Il n’a pas tort, je suis extrêmement psychorigide. ^^

Mais depuis le diagnostic, j’ai compris que le problème venait souvent de moi. De ma franchise, de mon manque de tact, de mon manque d’évaluation de la pensée des autres, de ma méconnaissance des doubles sens et du second degré, de mon côté pittbull têtu qui ne lâche rien. Je me suis rendue compte que je faisais du mal aux autres… Du coup, maintenant, je fais hyper gaffe, et je suis très anxieuse. J’ai peur de mal dire, de mal faire…

Je travaille dessus, j’évite de me braquer, je demande conseil à mon mari (c’est gentil ou c’est méchant si je dis ça?) (il a voulu faire de l’humour ou c’est pour me vexer ?), mais c’est dur. Très dur. Et il y a encore des impairs. Heureusement mes proches savent, et sont plus tolérants. Ils savent que si je dis que la robe est moche, c’est parce que je le pense, pas pour faire mal. 

Et heureusement aussi, il y a de belles rencontres pour me rappeler qu’il faut que je sorte de chez moi, qu’il existe des personnes connaissant l’autisme, ou tout simplement tolérantes et généreuses 🙂


Encore merci à vous 4.

Un commentaire sur “AU SECOURS !! DES GENS !!

  1. Je pense que l’anxiété sociale est construite. Je me réfère à l' »anxiété d’exposition » (peur de l’invasion sociale) qui crée, selon Donna Williams, une forme légère de dissociation (avec à la clé, phobies ou troubles de la personnalité. En effet, il est possible de classifier les symtômes de l’autisme sans employer une seule fois le terme « social ». je l’ai fait et j’encourage chacun à le faire. Par exemple, le trouble anxieux chez les autistes vient en partie de l’amygdale et peut provoquer un dysfonctionnement de la gestion du stress, dans certains cas vous êtes complètement renfermé(e) et réagissez au moindre mouvement autour de vous, dans d’autres cas vous ne réagissez pas face à de réels dangers (en tous cas pour moi c’est ainsi…). En tous les cas, songez que les autistes quand ils sont entre eux n’ont guère de problèmes sociaux ! Ne culpabilisez jamais à cause du regard des autres. Il est dévastateur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s