Non classé

Le diagnostic


Parce qu’on me l’a demandé en message privé, je vais aujourd’hui vous parler de ce qui m’a amenée au diagnostic.

Il y a 12 ans, j’ai mis au monde un enfant qui s’est révélé être étrangement calme, sage, concentré, silencieux, distant. Un peu bizarre aussi parfois, comme lorsqu’il passe des heures à aligner et trier les legos par taille et par couleur. Ou comme les mots qu’il mélange, les expressions qu’il ne comprend pas, les petits objets qu’il tripote en permanence, etc.

Souvent mes proches me disaient « Oh, il ne faut pas le prendre en exemple, il n’est pas comme les autres enfants », « il est à part ». Une psychologue scolaire m’a même dit « vous et moi, on sait qu’il est différent ».


Mais je me suis entêtée. Lui ? Différent ? Laissez moi rire !!

C’est normal de ne pas comprendre les expressions, moi non plus je ne les comprends pas !
Il ne fait pas de câlin et alors ? Mais moi non plus, je ne suis pas très tactile…

Enfin bref, vous voyez où je veux en venir.
Il a le même fonctionnement que moi, alors je ne voyais pas de différence. Il n’a jamais montré de signes de détresse ou de souffrance, et jamais aucun trouble du comportement. Je ne me suis jamais posé de question.

Et puis un jour, j’ai eu un autre enfant. Et là, la différence m’a sauté aux yeux !

J’ai pris rendez-vous au CMP (Centre Médico Psychologique) le plus proche, et je leur ai demandé de me dire ce qu’il avait, ce qu’il était, afin que je puisse l’élever au mieux.

Après quelques tests, le couperet est tombé :

« Votre fils est dans le champs de l’autisme, il a un syndrome d’asperger et un QI très élevé ».

Quoi ? Autiste ? Impossible ! A peine rentrée, j’ai commandé sur le net des livres traitant du syndrome d’asperger, notamment celui de Tony Atwood.

Et en le lisant, je me suis effondrée. Ce livre parlait de mon fils, certes, mais également de moi ! J’y retrouvait toute mon enfance et mon adolescence, toutes mes souffrances d’adultes et mes bizarreries y étaient, noir sur blanc.

Mes troubles du comportement se sont intensifiés, et j’ai pris la décision de faire aussi quelque chose pour moi, parce que je ne pouvais pas continuer comme ça, en faisant souffrir mes proches. Peu importe ce que je trouverai au bout, il fallait que je creuse enfin le sujet que je tentais vainement d’oublier depuis toujours.

15 jours plus tard, j’envoyais un dossier de demande d’évaluation au CRA (Centre Ressource Autisme), avec un questionnaire de 150 questions rempli par mon mari.

Ma région est très grande et je dépendais normalement d’une antenne départementale où les délais étaient de 2 ans environ. Par chance, mon dossier a été capté par le CEA (Centre Expert Asperger) et j’ai été convoquée pour évaluation seulement 11 mois après ma demande.

2 jours de tests, 1 mois d’attente, et le verdict est tombé :

20616960_10212008996677523_6922539772497848726_o.jpg

Une nouvelle porte venait de s’ouvrir.

3 commentaires sur “Le diagnostic

  1. Ton journal est une bonne façon de faire mieux connaissance … dommage que ce soit à sens unique mais je ne prends pas le temps ! j’avais commencé il y a longtemps à écrire notre épopée avec Gary mais la vie quotidienne m’ont arrétée en route . dommage…

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s