Non classé

Effondrement autistique

J’avais plein de choses de prévues pour cette journée. J’avais tout calculé, organisé, chronométré.

D’abord, déposer le grand au collège, puis la petite à la maternelle avec les 40 cookies préparés la veille, afin qu’elle puisse fêter son anniversaire avec ses copains et ses copines. (3 ans, ce n’est pas rien 🙂 )

Ensuite, filer à l’hôpital avec mon deuxième, à 1 heure de route, pour une consultation assez banale.

Revenir dans l’autre sens. Encore 1 heure de voiture.

Le déposer à l’école pour qu’il ne rate pas toute la journée

Préparer le gâteau d’anniversaire « famille » et emballer les cadeaux pour qu’elle puisse découvrir tout cela à sa sortie de l’école.


Un joli programme, somme toute assez normal, rien de bien extravagant.

Ouep. Sauf qu’il y a un truc que je n’ai pas intégré dans mes calculs : les choses planifiées peuvent ne pas se passer comme prévu, et je suis asperger…

Au début, tout allait bien.
Ca a commencé à se gâter quand le médecin ne nous a pas pris à l’heure dite… J’ai trépigné, trépigné encore, tout en tentant de calmer mon moulin à paroles fils de 5 ans qui commençait à en avoir aussi marre que moi…
Au bout de 2 interminables heures, le médecin nous a enfin reçu pour une consultation de 5 minutes et aucune réponse satisfaisante ! Frustration extrême !!

Avec ces 2 heures de retard, il était plus de midi quand nous sommes sortis et mon fils criait famine. Au lieu de rentrer directement comme prévu (et l’entendre hurler qu’il meurt de faim pendant 1 heure), j’ai décidé de manger sur place. Un McDo. Bruyant.

Nous sommes rentrés trop tard pour que je puisse le mettre à l’école alors il est resté à la maison. J’étais dans un tel état d’épuisement nerveux que mon mari m’a quasiment ordonné d’aller dormir un peu.
A mon réveil, j’ai voulu commencer le gâteau pour ma fille. Mais il était tard, rien n’allait comme je voulais. Je n’arrivais même plus à réfléchir correctement. Je me suis énervée pour tout et n’importe quoi, puis j’ai fondu en larmes dans les bras de mon mari, inconsolable et capable de rien.

Ma fille n’a pas eu son gâteau ni ses cadeaux le jour de son anniversaire. A l’effondrement autistique s’est rajouté la culpabilité d’être une mauvaise mère 😦


 

Dans mon malheur j’ai l’immense chance d’être bien entourée. Mon mari m’a rappelé les 40 cookies que j’avais préparés la veille, que la petite avait fêté son anniversaire à l’école avec ses copains et ses copines, que ce n’était pas grave, que j’avais le droit d’être fatiguée, qu’il allait s’occuper des enfants , que je n’avais qu’à me reposer un peu. ❤

Après des sushis et 12 heures de sommeil, j’ai pu préparer le gâteau que je voulais.
Le regard émerveillé de mes enfants m’a fait oublier mes larmes de la veille.

22519936_122667198443729_7033984971965783495_o

 


Grâce à mon diagnostic, je sais maintenant ce qu’il m’est arrivé : un shutdown, suivi d’un meltdown, un effondrement autistique.
Avant, je ne comprenais pas pourquoi je réagissais parfois comme ça, pourquoi j’étais si fatiguée par quelques heures au milieu des gens, pourquoi je m’effondrais avec le sentiment d’une digue qui se rompt et qui laisse sortir des émotions incontrôlables. Je me pensais folle. Et j’étais terrifiée à l’idée d’être un jour internée. Je ne compte plus les fois où j’ai entendu « mais t’es folle, va te faire soigner ! » 😦
Je ne suis pas folle.
Je suis autiste.


PS : Ceux qui me suivent sur FB ont vécu cela en « léger différé » et trouveront cet article un peu redondant. Je m’en excuse. Je l’ai écrit pour ceux qui ne sont pas sur Facebook.

6 commentaires sur “Effondrement autistique

  1. A reblogué ceci sur L'Hirond'aileet a ajouté:
    J’aurais pu écrire ce billet… Mais elle l’a fait avant moi avec les mots justes. Là situation sera peut-être différente mais les émotions sont pareilles…

    Cette accumulation d’imprévus, de frustration, de stress, de surstimulation… Ce moment où ça pète… Et puis ce que laisse la vague qui se retire… Bon… Je vous laisse découvrir ce chouette blog 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis admirative : même dans mes pires moments d’angoisse je n’ai pas la moitié du quart de ce genre de planning et responsabilités ❤

    Séquence émotion concernant ta conclusion : « Je ne suis pas folle. Je suis autiste. » [Soupir !!!]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s