Non classé

Le petit dinosaure et la vallée des merveilles

Hier, dimanche pluvieux. Après avoir épuisé l’option peinture/ coloriage / chantage pour canaliser les deux petits, je me résous à leur mettre un dessin animé.

L’idée n’est pas de les coller devant un écran pour avoir la paix (oui, bon, un peu, j’avoue, lapidez-moi), mais c’est aussi un moyen de partager un moment ensemble (et de manger du pop-corn au caramel, vous savez, celui qui empeste le micro onde pendant des jours, jusqu’à ce que l’homme le nettoie !) (ne me demandez pas pourquoi, mais il a une passion pour le nettoyage de micro-onde ^^) (ohlala, je digresse encore) (graisse).

Bref, étant donné qu’ils sont actuellement dans un trip dinosaure, hop ! je mets ce vieux dessin animé « le petit dinosaure et la vallée des merveilles », de Spielberg (lui-même).

En 3 minutes, les deux petits étaient captivés. Et moi aussi.

Mais j’ai dû arrêter de regarder car je sentais l’émotion monter et les larmes arriver. C’est toujours comme ça : je regarde un truc et hop ! je pleure. Ça m’agace !!
Et le pire, c’est que je ne sais même pas pourquoi je pleure…

Mon cerveau magnifique se dit :
« Oh ! elle ressent une émotion !! Vite vite, une réaction ! »
« Quelle émotion patron ? »
« Heuuuuu… j’en sais trop rien, je ne distingue pas bien »
« On fait quoi alors ? »
« Bon, dans le doute, on envoie les larmes ! »

😑 Super 😑 Bravo 😑 Merci beaucoup 😑

Du coup, je pleure quand je suis triste, je pleure quand je suis heureuse, je pleure quand j’ai peur, je pleure quand je stresse, je pleure sans savoir pourquoi, je pleure à la naissance de Petit-Pied, dernier espoir de survie de son groupe de diplodocus (de Long-cou, pardon), je pleure parce que les feuilles sont devenues rares sur terre et que les dinosaures ont faim 😑

Je sens l’émotion qui monte, je ne sais même pas laquelle ni la cause de cette émotion, mais je suis certaine d’une chose : ça va être les grandes eaux ! Bon, quand je suis seule, je m’en fiche, je prends la boite de mouchoirs et je mets en pause le temps de me moucher (bin oui, sinon je n’entends pas la suite). Mais quand il y a d’autres personnes, ou pire, si je suis en public (cinéma, théâtre, et même lors de discussion), c’est vraiment la galère…

J’ai développé une technique pour que ça ne se voit pas trop : j’arrête de respirer (pour éviter les sanglots) et je garde les yeux grand ouverts (pour que les larmes ne coulent pas). Bon, évidemment, je ne respire pas l’intelligence dans ces moments-là ! 😛
Et en plus, ça ne marche pas tip top, à un moment donné, il faut bien que je respire un peu. Du coup, je fuis.

Si jamais quelqu’un a un truc un peu moins ridicule, qu’il n’hésite pas à m’en faire part. Parce que quand même, c’est pénible de ne pas pouvoir regarder un dessin animé ou un téléfilm de Noël, raconter l’histoire de Hachiko (il est né le même jour que moi en plus !!) ou voir une pièce de théâtre de mes enfants sans pleurer comme si on m’avait tué père et mère :/

 

 

4 commentaires sur “Le petit dinosaure et la vallée des merveilles

  1. Ce dessin animé, c’est toute mon enfance. Je suis hyper frustrée qu’ils en aient refait les doublages, c’est devenu horrible quand on a connu la première version…….
    Dans tous les cas, je comprends l’émotion. La mort de la maman de Petit Pied, juste horrible. Et le pire c’est que dans ce genre de situation, je suis hyper fourbe. Je sais que mon mari est très sensible, alors je me tourne généralement vers lui pour voir s’il pleure et me moquer de lui, alors que c’est juste pour éviter de pleurer moi aussi…
    Enfin, « me moquer de lui » c’est beaucoup dire, je lui demande en ricanant « Tu pleures ? » (ce à quoi il répond généralement « non, ce sont des allergies »)…
    Quand je vois que l’émotion est trop forte pour moi, j’ai honte d’être sensible, je ne sais pas pourquoi, alors je « sors » du film, j’essaie de revenir à la réalité, là où rien n’est triste, là où l’esprit pense que ce ne sont que des acteurs, des dessins, une histoire, bla bla bla…
    Sinon, je pleurerais pour tout et rien aussi…

    J'aime

    1. Moi c’est souvent mon mari qui me fait revenir à la réalité avec un « qu’est-ce que c’est niais ! » ou un « il joue drôlement mal, lui ! ». Moi, je ne vois même pas si c’est bien joué ou mal joué :/ Mais le fait qu’il me parle, ça m’aide à me concentrer sur autre chose 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s