Non classé

Le jour de la Marotte

« Tut tut, tut tut, tut tu, I got you babe »

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un trait de ma personnalité qui m’agace prodigieusement.

J’ai par intermittence, des marottes.
D’un seul coup, je me passionne pour un truc, et hop, j’accumule, j’accumule ! Jusqu’à ce que je me lasse, et que je passe à autre chose :/

Il y a quelques années, j’ai découvert le scrapbooking, par le biais d’un groupe de copines internet. Dans ce groupe, il y en a une, une véritable artiste, allant même jusqu’à créer sa propre ligne de papier. Bref, j’ai voulu tenter. Mais avant de me lancer, j’ai potassé 3 milliards de sites internet pour connaitre les techniques, et surtout j’ai acheté pour une fortune tout ce qui existait comme matériel.
Je me suis lancée et hop ! une bouse ! 😛
Je ne sais absolument pas associer les couleurs et je n’ai aucune imagination. Je suis bonne en copie mais je suis nulle en création originale. J’ai fabriqué un truc moche, terriblement kitsh, et saccagé une jolie photo. Ahahaha !
J’ai continué à traîner sur les sites de scrap, à regarder les jolies créations des autres, et un jour où j’ai eu besoin d’argent, j’ai tout revendu car j’ai réalisé que je n’y avais pas touché depuis 2 ans et que je n’y toucherai probablement plus jamais.

Je me suis aussi passionnée pour le coloriage anti-stress. A chaque sortie, j’achetais un nouveau cahier de coloriage qui me donnait envie de colorier. J’ai dans mes placards une vingtaine d’album, dont seulement 2 ou 3 sont entamés, et une 10zaine de boites de feutres…. Et oui, je suis paralysée par le choix des couleurs, je veux que tout soit coordonné et parfaitement symétrique. Du coup, je ne fais pas grand chose car je suis toujours (ou presque) déçue du résultat.
J’ai même tenté les coloriages par numéros, avec couleurs imposées, mais les dessins ne sont pas top et on voit les traits de coloriage. Ce n’est pas parfait donc le résultat ne me plait pas.
Bon, j’ai trouvé preneurs avec mes enfants qui gribouillent sur certains, mais quand même, c’est de la place et de l’argent mal utilisés…

J’ai également une pièce entière remplie de tissus, de pelotes de laine, de cordes, de métier à tisser, de cercle de broderie, de sac en tissus à customiser, de pistolet à colle, de boutons, une machine à coudre, etc… Je garde aussi les vieux habits pour utiliser le tissu pour d’autres trucs.
Je collectionne les tutoriels sur internet, les livres de technique, les photos de réalisation que j’aimerais copier.
Mes futurs projets ! (hum)

Un jour je me lancerai, promis !!
En attendant, ça me bouffe de la place, du temps, et de l’argent. Et ça m’énerve parce que c’est plus fort que moi…

Je ne sais si l’on peut qualifier cela d’intérêt restreint car même si c’est très envahissant, c’est assez fluctuant. Et beaucoup affirment qu’un intérêt restreint est sensé durer toute la vie et être « intellectuel » avec une recherche perpétuelle d’informations très approfondies donnant un niveau de type « expertise ».
Mon IR à moi, c’est plutôt les reptiles. (enfin, c’était, car je n’en ai plus et je m’en suis un peu désintéressée, même si je continue l’été à traquer les couleuvres de mon jardin)

Je veux bien vos avis.


 

PS : « le jour de la marotte »
Référence pourrie au film « un jour sans fin ».
J’aime bien les blagues pourries et les à peu près 😛

 

10 commentaires sur “Le jour de la Marotte

  1. Bon sang, je crois n’avoir jamais autant ri ! 😂😂😂 J’ai lu l’article à mon mari, c’est moi tout craché, on était mort de rire tellement c’était moi ce que tu décris !

    Je crois que les IS se définissent soit dans l’intensité, soit dans la durée, soit dans leur côté « inhabituel »… mais peuvent tout à fait être passager (d’après ce que j’ai lu).

    Aimé par 3 personnes

  2. J’ai bien ri moi aussi!! Je me retrouve dans ce que tu écris, mais dans une moindre mesure, parce que pour moi ça s’arrête souvent à la consultation de sites ou de bouquins (que je peux scanner d’ailleurs!!), et je collectionne les liens, rangés par catégories de loisirs créatifs (fils, papier, céramique, vannerie etc)…. et régulièrement (et à contre-coeur!) j’erase tout parce que je prends conscience que je regarde mais ne passe jamais/rarement à la réalisation (du coup je me trouve nulle puisque je ne crée rien : / )… je préfère contempler en somme!
    Tiens j’ai retrouvé ce lien sur ce sujet, je crois que ça peut t’intéresser:
    http://spectredelautisme.com/particularites-autisme-tsa/stereotypies/

    Aimé par 2 personnes

  3. Oh mon dieu que je me sens moins seule d’un coup…
    Alors la pâtisserie, la couture, le dessin, la peinture sur soie, les médecines alternatives, la cuisine, le tricot,… hum hum… Oui mes prochains projets…
    Je pense aussi intérêt restreints mais fluctuant… Sauf que quand on fait qqch on le fait pas façon amateur mais comme une pro…
    Encore une spécificité de l’aspie au féminin sans doute…

    Aimé par 2 personnes

    1. Ou qu’on cherche à atteindre le niveau pro, le tout ou rien, on ne se satisfait pas d’etre médiocre, moyenne ou passable, on veut être aussi douée que la personne ou le résultat qu’on vise (la belle présentation de plat dans le livre, le beau travail de tricot/couture vu sur la vidéo, la magnifique peinture vue en galerie, le bullet journal vu sur Pinterest, être parfaitement bilingue…)
      Et on veut un résultat rapidement. Du coup, on constate qu’on n’est pas fortiche, qu’il faut apprendre et fournir de gros efforts (plus que ce qu’on imaginait car ça avait l’air super facile), mais on a plein d’autres envies alors on veut que ça aille vite, et si ce n’est pas le cas, si on ne montre pas un don particulier pour la chose, on passe à autre chose… (?)

      C’est une réflexion, pas un fait 😉 car je fonctionne un peu ainsi perso.

      Aimé par 1 personne

  4. Cet article m’a aussi fait rire car je m’y retrouve assez… Je suis passée par les coloriages, je m’y suis d’ailleurs récemment remis… sauf qu’au lieu de m’apaiser, ça m’agace car je cherche une symétrie parfaite, les traits visibles me perturbent, rien n’est parfait !
    Il y a quelque temps, je me suis fait offrir une machine à coudre, j’étais assez fière car je me débrouillais plutôt bien, j’ai fait une turbulette pour ma fille, en quelque heures (soirée et nuit, oui quand je commence un truc qui me passionne, impossible d’arrêter avant d’avoir terminé !) et je me suis fais des jupes…
    J’ai aussi eu un passage où je faisais des « serre-têtes » en fleurs, avec du fil de fer et du vernis à ongle… le résultat est super joli, mais tellement fragile ! j’ai abandonné…
    Il y a aussi eu la pâtisserie les mercredis avec les enfants… fini…
    Il y a eu la reprise de cours par correspondance.. pourtant payant… mais impossible de m’y tenir, c’en est devenu un blocage !
    Et pourtant, je ne supporte pas l’échec , j’aime terminer les choses que je fais, sinon justement, ça sonne comme un échec… mais rien n’y fait !

    C’est fou comme on déculpabilise quand on se retrouve moins seule dans ce cas !

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s