Non classé

Vous pouvez répéter la question ??

(Non, la réponse n’est pas Stéphanie de Monaco)

Je parle parfois de ma mémoire visuelle qui me permet de relire dans ma tête un truc lu il y a quelques jours, et de la « pensée en images » qui en découle. Je visualise les choses pour m’en souvenir ou pour mieux les comprendre.

Mais je ne vous ai jamais parlé de ma maaaaagnifique mémoire auditive.

« Quoi ? » « Hein ? » « Vous pouvez répéter du début, s’il vous plait ? »

Vous l’aurez compris, ma mémoire auditive est toute moisie. Lorsqu’on me donne des consignes orales, arrivée à la fin de la phrase, j’ai déjà oublié le début. Et si je n’ai pas oublié le début, j’ai beaucoup de mal à saisir le sens. (et je le saisis souvent de travers, selon la loi de la tartine beurrée) (beurrée, avec du beurre, pas une tartine qui a trop picolé ! Quoique, vu qu’elle tombe toujours à l’envers, on peut comprendre d’où vient l’analogie) (oui, j’aime les parenthèse et les associations/jeux de mots pourris ^^)

Exemple 1 : Chez le kiné.

Il y a un an, je me suis fait une grosse entorse à la cheville et j’ai dû faire de la rééducation.
Mon kiné, gentil mais un peu pressé, me montre 3 mouvements à faire tout en me disant d’en faire 3 série de 8, puis s’en va.
Me suis retrouvée en panique. Je dois faire un mouvement 8 fois (ou 10 ? mince j’ai un gros doute), puis un autre, puis un autre et recommencer du début ? Ou faire le même mouvement 24 fois (ou 30 ? toujours le même doute, pas sûre d’avoir entendu 8 finalement. Et si c’était 10 en fait ?) ? Merde, c’est combien de mouvements qu’il faut que je fasse ? Je me rappelle du chiffre 3. Mais 3 ce n’est pas assez ! Arg !!
Quand il est revenu, 10 minutes plus tard, j’avais fait de vagues mouvements, mais probablement pas le bon nombre !
J’ai pris mon courage à 2 mains la fois suivante et je lui ai demandé de bien tout me réexpliquer, tout doucement.

Exemple 2 : Lors d’une évaluation de mes compétences professionnelles

Incapable de répondre à des questions basiques. Le sens des mots m’échappaient dès que d’autres étaient prononcés. Pour ne pas faire répéter l’examinatrice une 4ème fois, je lui ai expliqué mes difficultés et elle m’a autorisée à copier la question sur un papier avant d’y répondre. Et heureusement car sinon, j’aurais tout planté.

Exemple 3 : au boulot

Je ne compte plus les aller-retour, à la fin d’une réunion « au fait, je dois faire quoi, moi ? »
La parade que j’ai trouvée : « je suis débordée, envoie-moi un mail pour ne pas que j’oublie ! »

 

Bref, cette petite coquine de mémoire auditive, me met parfois dans des situations compliquées. Avant, je faisais semblant de comprendre, ayant peur de passer pour une idiote. Maintenant, je dis clairement que j’ai un soucis avec les consignes orales, et je demande soit des consignes écrites, soit l’autorisation de prendre des notes. (ou qu’on répète 40 fois, mais je ne sais pas pourquoi, ça agace les gens 😛 )

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s