Asperger·Habiletés sociales·Hyper sensibilités·Implicites

Jusqu’ici tout va bien

Jusqu’ici tout va bien.
Jusqu’ici tout va bien.
L’important ce n’est pas la chute…

Il y a des jours où tout va tellement bien que j’ai l’impression d’avoir rêvé toute cette histoire de syndrome d’Asperger, des jours où je me dis que les psychiatres, pédo-psychiatres, psychologues et autres orthophonistes se sont plantés sur le diagnostic de mon fils aîné.

Et puis un samedi matin, il se lève à 11h00 en pleurant. Il me dit qu’il a faim et qu’il est réveillé depuis 8h00. Qu’il a tellement faim qu’il en a mal au ventre. Il est réveillé depuis 8h00 et ne se lève pourtant pour déjeuner qu’à 11h00, et en pleurant.

Vous savez pourquoi ? Et bien parce que je lui ai dit la veille qu’il pouvait dormir autant qu’il le voulait. « Tu dors jusqu’à midi, hein ?! ».
Il venait de terminer une grosse semaine, une semaine de théâtre qui a fini en apothéose avec une pièce jouée devant un public nombreux. Il était fabuleux. Et parce qu’il est épuisé, sur les rotules, au bord de l’effondrement, j’ai voulu lui signifier qu’il n’était pas obligé de se lever de bonne heure. Je n’ai pas été assez précise, je m’en veux beaucoup…

Et oui. Il a crû que je lui demandais de rester jusqu’à midi au lit…

La réalité m’est revenue en plein visage : les professionnels ne se sont pas trompés, il est réellement asperger. Il a un VRAI problème de compréhension et de communication sociale, malgré son QI qui frôle le plafond et son apparente adaptation, son trop plein sensoriel de la veille et l’épuisement de la semaine sont ressorti également, avec une sensibilité à fleur de peau qui s’est extériorisée en un effondrement…

 


 

Ne jugez jamais une personne sur ses capacités à un instant T.

Il a tenu toute la semaine de résidence auprès de ses camarades, il a tenu sur scène, dans un vrai théâtre, avec un vrai public.

Vous, personne extérieure, vous n’aurez vu que cela, sa performance sur les planches, et vous vous permettrez peut-être de le juger… « oh ! Il n’est surement pas autiste, lui ! » Et pourtant…

Vous ne verrez jamais l’envers du décors, sa fatigue extrême, les moments où il lâche prise, ses effondrements, ses faux-pas, ses gaffes, ses questions improbables sur le fonctionnement des gens et du monde qui l’entoure. Cela ne veut pas dire que ces difficultés n’existent pas.

S’il vous plaît, ne jugez pas sur un seul instant.
Vous ne partagez pas notre intimité.

3 commentaires sur “Jusqu’ici tout va bien

  1. Toutes mes félicitation à votre petit mec.. c’est très difficile de monter sur scène, devant un vrai publique… surtout quand notre cerveau ne s’arrête jamais de penser, de se poser des questions, de craindre tout et « rien » (oui pour nous ce n’est jamais vraiment rien..)
    Bravo à lui !

    Et vous, il n’y a pas à s’en vouloir, en tant que parent, on en peut pas toujours penser à tout, même quand notre vie est synonyme de contrôle total… Vous êtes une excellente maman, à vous lire… et même s’il est dur de se l’avouer, même si on la cherche sans cesse en notre personne, la perfection n’existe pas…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s